Nature et Photographie - Cam disk - Wimberley 4

J’ai testé pour vous… l’Eckla-Camdisk et la rotule Wimberley

J’ai testé pour vous… l’Eckla-Camdisk et la rotule Wimberley

Début juin 2017, nous sommes montés dans la zone cœur du Parc National du Mercantour, afin de réaliser une série de prises de vues consacrées aux chamois et aux jeunes bouquetins. A cette occasion, mon partenaire, Jama, m’a proposé de tester un Eckla-CAMDISK monté sur une tête Wimberley. Il aurait été dommage de ne pas en profiter, surtout qu’en montagne, à cause des appuis souvent instables, je suis en quête permanente d’une meilleure stabilisation pour mon boîtier et son objectif.
Mes principales interrogations ont été purement pratiques : le poids (quand on part plusieurs jours en bivouac, avec tout ce que cela implique dans les sacs à dos, on s’épargne le moindre gramme superflu), et l’adaptabilité de ce genre de matériel en pleine montagne.

Nature et Photographie - Cam disk - Wimberley 8

Parlons du poids pour commencer. Le premier jour, nous avons parcouru un peu plus de 5 km de sentiers accidentés, avec un dénivelé de 614 mètres. Je portais dans mon sac tout le matériel photo – tête Wimberley comprise -, un MacBook, un sac de couchage, une trousse de secours et les tenues de montagne et de camouflage. L’Eckla-CAMDISK était accroché au sac avec le mousqueton judicieusement prévu par le fabriquant. Dans l’autre sac (valeureusement porté par ma compagne) se trouvaient le second sac de couchage, la tente de bivouac, la nourriture pour plusieurs jours et une gourde filtrante. Oui, la montagne, ça se mérite !
Alors je peux vous assurer que malgré l’habitude, le poids s’est fait sentir à l’approche du refuge du Club Alpin Français. Il n’empêche que globalement, le poids du Eckla-CAMDISK (850 gr) et de la Wimberley (1400 gr) reste raisonnable, et que je les ai transportés durant tout le reste du séjour sans peiner, entre 2100 et 2400 mètres d’altitude. Au retour, nous avons même parcouru un peu plus de 10 kms à pieds, toujours avec ce matériel.

Maintenant, voyons un peu en quoi consiste le Eckla-CAMDISK. Comme son nom l’indique, c’est un disque aux bords incurvés qui permet de se stabiliser au sol. Pour fixer l’objectif et le boîtier dessus, une rotule et un plateau sont nécessaires. Une fois montés par un système de vis, l’Eckla-CAMDISK et la rotule ne dépassent pas les 30 centimètres de hauteur. C’est une caractéristique très intéressante, car il s’utilise principalement couché, ce qui non seulement permet de casser la silhouette humaine et d’être bien camouflé au sol, mais aussi d’avoir un cadrage à hauteur de la plupart des espèces, surtout avec un 500 ou un 600 mm. Idéal donc en montagne, ou encore pour photographier des oiseaux au sol en bord de mer ou en étang.

Nature et Photographie - Cam disk - Wimberley 10

Question stabilité, l’Eckla-CAMDISK est irréprochable. Je l’ai utilisé dans l’herbe, pour photographier un groupe de bouquetins (femelles et petits). Allongé au sol, immobile, ils ont fini par m’approcher et m’entourer peu à peu, à quelques mètres par moments, preuve de la discrétion et du non-dérangement que cela permet. Camouflé derrière un rocher, sur une paroi plutôt abrupte, il m’a également permis de photographier des chamois et deux jeunes bouquetins, en prenant cette fois appui sur la roche. Habitué à la main levée en montagne, cette stabilisation m’a fortement séduit, bien plus qu’un trépied, moins pratique et moins polyvalent sur ce genre de terrains.

Nature et Photographie - Photographie animalière - Jeune bouquetin 31

Parlons maintenant de la tête Wimberley montée sur l’Eckla-CAMDISK. Je l’ai trouvée très fluide, tout en étant étonnamment stable. Malgré le poids du Canon 5D Mark III et du Sigma 150-600 mm C, jamais elle ne penche en avant ou en arrière. Mieux, elle se replace seule à l’horizontale, pour peu que le boîtier et l’objectif aient été bien positionnés par rapport aux axes. Elle s’est révélée extrêmement maniable, simple, et robuste.

Nature et Photographie - Photographie animalière - Jeune bouquetin 25

Nature et Photographie - Photographie animalière - Chamois 26

Pour conclure, je dirais que ce genre de matériel est franchement adapté à certaines configurations géographiques. En montagne, il m’a totalement convaincu, permettant une très grande discrétion sans perdre en fluidité de mouvements. Que ce soit dans une prairie ou parmi des rochers, j’ai pu m’installer aisément et rapidement, et être parfaitement stable et camouflé. En bord d’étang ou de mer, ce matériel m’a permis un positionnement au sol pour une belle proximité et un cadrage à hauteur de mes sujets. Par contre, il s’avérera inutile parmi des hautes herbes par exemple, et j’aurais là tendance à privilégier un autre type de stabilisation. Ce qui révèle, une fois encore, l’importance d’effectuer des repérages préalables afin d’anticiper et de se munir du matériel adapté au terrain sur lequel on va évoluer.

Nature et Photographie - Cam disk - Wimberley 1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *