Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Nature et Photographie - Photographie animalière - Héron pourpré 4

Sur les pas du héron pourpré

Sur les pas du héron pourpré

Avec son dos gris foncé, sa poitrine pourpre striée de longues plumes noires, sa calotte et sa huppe noires, le héron pourpré est facile à identifier et les risques de le confondre avec le héron cendré sont inexistants. En France, il est surtout présent en Bretagne, dans le Centre, en Charente, en Vendée, en Languedoc Roussillon, en Rhône Alpes et en Camargue, où il peut y être observé de mars à septembre.
Pourtant, la tâche ne va pas être si aisée. Pour commencer, les hérons pourprés hivernent en Afrique une grande partie de l’année, ce qui réduit les opportunités de les photographier. Ensuite, ils vivent au cœur des roselières, en eaux peu profondes, où ils se dissimulent à merveille. Enfin, leurs effectifs connaissent un net déclin depuis plusieurs décennies, essentiellement causé par le dérangement des colonies, l’assèchement des zones humides et l’aménagement des plans d’eau. Voici autant de raisons qui rendent compliquée leur observation.

Le héron pourpré vit dans les étangs et les marais pourvus d’une importante végétation (buissons, taillis, roseaux…), où il peut à la fois se camoufler, nicher, et trouver sa nourriture. Le nid y est construit par le couple, la femelle disposant les matériaux que le mâle lui apporte. Entre avril et juin, elle va pondre de 3 à 7 œufs, qui seront couvés environ 4 semaines. Les jeunes quitteront le nid 3 semaines après éclosion, n’y revenant plus que pour être nourris par les parents. Et ils commenceront à voler vers l’âge de 3 mois.

Le héron pourpré est surtout actif la nuit et aux premières heures du jour. Solitaire, il pêche aux endroits où l’eau est peu profonde et où la végétation lui permet de se dissimuler aisément. Là, immobile à l’abri des roseaux, il attend qu’une proie passe à sa portée, prêt à la saisir ou à la transpercer de son bec. Il se nourrit de poissons, de mollusques, de crustacés, d’insectes aquatiques, de reptiles, de rongeurs, et même d’autres oiseaux.

Le petit matin est donc le moment idéal pour tenter de photographier le héron pourpré. Installé à l’affût et convenablement camouflé au plus près de l’eau, à la même hauteur que les roseaux environnants, il ne reste plus qu’à patienter. Vous aurez peut être l’occasion d’en distinguer un pêcher en bordure de la végétation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *